2023 | 65 minutes | FR | Sous-titres FR-EN | www.passerelle.be

DIFFUSION

Visionner la bande-annonce

UN FILM de Aline Magrez et Leonor Palmeira

Produit par Les Films de la Passerelle

Des pensées faussement objectives ont imposé l’idée que certains comportements sexuels, de genres ou de famille seraient “contre-nature”. Heureusement, cette idée est enfin secouée, grâce à de nouvelles publications scientifiques, qui en démontrent son absurdité et rendent caduques de précédentes affirmations. La nature est bien plus queer que nous ! Du travail pionnier sur les animaux queer de la biologiste Joan Roughgarden, aux interrogations de la philosophe Vinciane Despret, en passant par les portraits intimes de Camille Pier et Gwenn Seemel, des artistes qui se sont emparés du travail de Joan et de cette nature queer pour s’émanciper et pour créer, tout en réfléchissant la diversité avec le biologiste Thierry Lodé et l’éthologue Fleur Daugey : le film entrelace les paroles, les pensées et les visages pour tenter d’exploser l’idée d’une norme sexuelle ou de genre. En parallèle, à travers une animation poétique qui explore certains comportements animaliers, nous nous interrogeons sur l’être humain qui, en parlant à la place des animaux, se raconte surtout lui-même.

La nature décrite aujourd’hui est incroyablement diverse et variée, et peine à coller aux étiquettes humaines. On y trouve des milliers de cas d’oiseaux homosexuels, de poissons transsexuels, d’animaux non-binaires, de familles polyamoureuses… Alors que s’est-il passé ? Notre regard a-t-il changé ? Pourquoi et comment ? La subjectivité du scientifique est-elle une donnée à prendre en considération ? Sera-t-il possible de se libérer de nos carcans, maintenant que l’on sait qu’ils sont des constructions culturelles et non des « vérités » naturelles ?

Sélection en festivals :
– Festival ImagéSanté 2023
– Festival du film scientifique de Bruxelles 2023

PRODUIT PAR LES FILMS DE LA PASSERELLE, CHRISTINE PIREAUX – SCÉNARIO ALINE MAGREZ ET LEONOR PALMEIRA – RÉALISATION ALINE MAGREZ – MONTAGE BERTRAND CONARD

MUSIQUE NICOLAS MAGREZ – IMAGE ADRIEN HEYLEN – SON PIERRE-NICOLAS BLANDIN – ANIMATION CAMÉRA ETC, FRÉDÉRIC HAINAUT, ZOÉ BORBÉ – PRODUCTION EXÉCUTIVE CÉLINE RAUW

UNE COPRODUCTION LES FILMS DE LA PASSERELLE / R.T.B.F SECTEUR DOCUMENTAIRES / LE CENTRE DU CINÉMA ET DE L’AUDIOVISUEL DE LA FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES / WALLONIE IMAGE PRODUCTION / L’ENDROIT / AVEC LA PARTICIPATION DE WALLIMAGE (LA WALLONIE) / LE FONDS INTERNATIONAL WERNAERS / EN ASSOCIATION AVEC SHELTER PROD, AVEC LE SOUTIEN DE TAXSHELTER.BE ET D’ING AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DE BELGIQUE CO-FUNDED BY CREATIVE EUROPE MEDIA PROGRAMME OF THE EUROPEAN UNION

Mai
29
mer
Queerying Nature : Projection à Bruxelles @ La Vénerie
Mai 29 @ 19 h 00 min
Queerying Nature : Projection à Bruxelles @ La Vénerie

« Queerying Nature » : Projection à Bruxelles

Infos & Tickets : www.lavenerie.be

Synopsis:

Des pensées faussement objectives ont imposé l’idée que certains comportements sexuels, de genres ou de famille seraient “contre-nature”. Heureusement, cette idée est enfin secouée, grâce à de nouvelles publications scientifiques, qui en démontrent son absurdité et rendent caduques de précédentes affirmations. La nature est bien plus queer que nous ! Du travail pionnier sur les animaux queer de la biologiste Joan Roughgarden, aux interrogations de la philosophe Vinciane Despret, en passant par les portraits intimes de Camille Pier et Gwenn Seemel, des artistes qui se sont emparés du travail de Joan et de cette nature queer pour s’émanciper et pour créer, tout en réfléchissant la diversité avec le biologiste Thierry Lodé et l’éthologue Fleur Daugey : le film entrelace les paroles, les pensées et les visages pour tenter d’exploser l’idée d’une norme sexuelle ou de genre. En parallèle, à travers une animation poétique qui explore certains comportements animaliers, nous nous interrogeons sur l’être humain qui, en parlant à la place des animaux, se raconte surtout lui-même.

La nature décrite aujourd’hui est incroyablement diverse et variée, et peine à coller aux étiquettes humaines. On y trouve des milliers de cas d’oiseaux homosexuels, de poissons transsexuels, d’animaux non-binaires, de familles polyamoureuses… Alors que s’est-il passé ? Notre regard a-t-il changé ? Pourquoi et comment ? La subjectivité du scientifique est-elle une donnée à prendre en considération ? Sera-t-il possible de se libérer de nos carcans, maintenant que l’on sait qu’ils sont des constructions culturelles et non des « vérités » naturelles ?

Plus d’infos sur ce film